navigation
Baukultur entdecken

Tour Super-Crans

La fin des années 1950 voit lapparition de la parahôtellerie, phénomène qui va considérablement changer laspect de la station. Celle-ci perd son image de lieu de cure, suite à la régression de la tuberculose, au profit de celle de station mondaine. Cest donc dans une période de boom économique que larchitecte Jean-Marie Ellenberger reçoit le mandat de construire une septantaine dappartements dans un lieu caractérisé par une végétation abondante. Confronté à cette problématique délicate, larchitecte y
répond par une tour de 19 étages, dont la faible emprise au sol permet de préserver la forêt environnante. Le projet a été mal accueilli par la population. La construction de tours en montagne nest pourtant pas une nouveauté dans les années 1960, mais larchitecture adoptée est sans concession face à limage rassurante du «chalet suisse».
La tour de Super-Crans, qui se distingue par une unité de conception et une unité des matériaux employés, est caractérisée par sa forme en éventail. Reprise de larchitecte Alvar Aalto, elle permet un ensoleillement maximal. A la tour sajoute un bâtiment bas de cinq étages qui lui est relié par un socle abritant le lobby, ainsi quune piscine. La façade rideau et les stores aux couleurs pures rouge, bleu et jaune rappellent la Cité Radieuse de Le Corbusier. Ce «phare», signé par un architecte réputé, aurait pu devenir la fierté de la station. Mais il na jamais était aussi décrié que quarante ans après sa construction.

Baujahr: 19641968

Architektur: Jean-Marie Ellenberger, Genève
Adresse
Route de la Tour, Randogne-Vermala, 3963 Crans Montana
Datenquelle: Schweizer Heimatschutz
powered by anthrazit